Ce n’est plus une surprise, John Matze Directeur de Parler a été viré hier. L’entreprise de libre expression avait déjà le Mois passé été mise brutalement hors services sur internet par les Géants de la Tech tel Amazon et Google, il faut dire que les GAFA n’avaient probablement pas appréciés que celle-ci ait pu favoriser l’éruption à la Maison Blanche des Partisans Pro TRUMP saccageant tout sur leur passage.

Xiaomi Redmi Note 9 à 152,99 € sur Amazon

Parler ??

En effet, Parler, est un réseau social américain de microblogage qui a été mis en ligne en 2018. Mais ce n’est que lors des récentes élections présidentielles de 2020 que leur nombre d’utilisateurs s’est littéralement envolé et même, et elle était l’application la plus téléchargée à ce moment-là d’après BBC News. On parle là à ce jour d’un peu plus de 12 Millions d’utilisateurs. Néanmoins, ce chiffre aussi exhaustif soit il ne représente pas grand-chose devant les 300 Millions d’utilisateurs du réseau social Twitter, et nous fait dors et déjà échos d’une impuissance de cette entreprise face aux Goliath que sont les GAFA à l’instar d’Amazon, Google et du Gouvernement Américain.

Ainsi donc pendant la campagne électorale et plus encore, pendant le dépouillement très tendu des bulletins après le vote des Présidentielles 2020, vous vous rappelez surement de ces nombreuses revendications et doutes au niveau de l’Etat de Géorgie qui devait départager les deux candidats aux présidentielles et à la suite desquels M. BIDEN creusa un écart considérable par rapport à son adversaire, qui ne les rattrapa jamais. L’ex Président TRUMP avait donc déclaré avoir gagné et appelait selon lui à de potentiels conspirations ; Disons que c’est un mélange assez épicé qui eu beaucoup de difficultés à traverser la gorge de ses adeptes, si chair à lui et qui ont profité de la plateforme Parler car bien sûr leur frénésie aurait été tout de suite censurée sur Twitter ou Facebook. Ceci pour déchainer leur colère et organiser ce malheureux évènement à la maison blanche, celui-ci digne d’un tournage Hollywoodien, d’ailleurs très connu, La Chute de la Maison Blanche d’Antoine Fuqua.

Boycott de L’entreprise ??

Certains pourraient parler de boycott, d’autres de Lobbying et d’autres plus raisonnable de punition, qui est semblerait il ce qui arrivé à cette jeune entreprise à plein essor. Oui, de nombreuses restrictions lui ont été attribuées notamment, Amazon qui a retiré Parler de la plateforme Amazon Web Services et Google ainsi qu’Apple qui ont suspendu l’application de l’entreprise de leurs stores respectifs, apparemment parce que celle-ci ne voulaient pas de la police de contenus qui encourageaient ou incitaient à la violence contre les autres. Et pour enfoncer le couteau dans la plaie, le mois dernier toujours selon, le Financial Times (Sacré moi de Janvier, m’en Parlez pas) Carolyn Maloney, la présidente de la commission de surveillance de la Chambre a appelé le FBI à travers une lettre adressée à M. Christopher Wray directeur de ladite agence, « procéder à un examen rigoureux du rôle que le site de médias sociaux Parler a joué » écrit-elle ce jour ;  et elle ajouta dans une interview avec le Washington Post “Je vais aller au fond de qui possède et finance des plateformes de médias sociaux comme Parler qui tolèrent et créent de la violence ”. Il s’agit donc d’ouvrir une enquête sur l’implication de l’entreprise de “Free Speech” sur les exactions du 6 Janvier 2021 au Capitol

Un climat assez caniculaire pour Parler, qui dans un projet de restructuration prie la décision ou plutôt son conseil d’administration, de congédier M. John Matze PDG de l’entreprise depuis sa création. Celui-ci qui argue du fait que tout ceci serait arrivé suite à la pression de membres hauts placés tel la républicaine Rebekah Mercer grande donatrice de l’entreprise, il déclare « Le 29 janvier 2021, le conseil d’administration de Parler contrôlé par Rebekah Mercer a décidé de mettre fin immédiatement à mon poste de PDG de Parler », a écrit Matze dans une note aux travailleurs obtenus par la Fox Business  et il ajoute « Je n’ai pas participé à cette décision ».

Google Pixel 5 8 Go 128 Go à 939,00 € sur Amazon

Pourquoi avoir viré M. Matze ??

John Matze a été congédié par le conseil d’administration de la société de médias sociaux en difficulté, selon le commentateur de droite Dan Bongino, autre investisseur majeur de la jeune entreprise. Dans une vidéo postée sur Facebook mercredi soir, Bongino a confirmé que Matze avait été licencié. Bonginoa affirmé ne pas avoir un « reproche personnel » avec Matze, mais il a contesté le récit de Matze entourant son départ, récit où il déclare “J’ai rencontré une résistance constante à ma vision des produits, ma forte croyance en la liberté d’expression et mon point de vue sur la façon dont le site Parler devrait être géré Par exemple, j’ai plaidé en faveur d’une plus grande stabilité des produits et de ce que je crois être une approche plus efficace de la modération du contenu”. Il y’a bien quelque chose qui cloche dans cette histoire mais quoi ?? Il faut préciser que John Matze prônait une transparence totale, ce qui à observer n’était pas très appréciée. Mais pourtant celui-ci après la punition infligée par Amazon à Parler, M.Matze a promis que « Parler prendrait des approches plus algorithmiques du contenu » tout en respectant la vie privée des utilisateurs. Et il a ajouté par la suite “ Nous pouvons nous adapter plus rapidement et les choses les plus flagrantes peuvent être prises vers le bas, Ainsi, les appels à la violence, aux incitations, à des choses de cette nature, peuvent être retirés immédiatement. ”

Sans attendre M.Bongino lui rétorque, « C’est moi et mes copropriétaires qui sont résolument engagés dans un site de liberté d’expression », a-t-il déclaré à CNN. « [Matze] n’est pas un chevalier blanc dans cette histoire. » Il affirme qu’après avoir été évincé d’Amazon Web Services, Parler aurait pu revenir en bon point et en cours d’exécution en moins d’une semaine si la société avait simplement accepté « tous les édits ridicules d’Apple pour devenir un site de modération lourde à gauche de Twitter. » Et sa collègue et associée Mme Mercer fille du défunt Robert Mercer, un gestionnaire de Hedge funds et le co-fondateur de la défunte société d’analyse de données politiques Cambridge Analytica. Elle affirme dans un communiqué sur la plateforme Parler “John et moi avons commencé Parler, pour fournir une plateforme neutre pour la liberté d’expression, comme nos fondateurs l’avaient prévu et aussi de créer un environnement de médias sociaux qui protégerait la vie privée des données” et ajoute “ La tyrannie et l’orgueil sans cesse croissants de nos seigneurs de la technologie exigent que quelqu’un mène la lutte contre l’exploration de données et pour la protection de la liberté d’expression en ligne. Que quelqu’un comme Parler, soit un phare pour tous ceux qui apprécient leur liberté, la liberté d’expression et la vie privée. ” Finalement, M.Matze deviendrait il soudain louche face à ces nombreux faits qui lui sont reprochés ?

Quel avenir pour Parler ??

Il faut dire que la Parole n’est pas encore acquise pour cette jeune entreprise pourtant si prometteuse. Par ailleurs, avec le changement de pouvoir à la Maison blanche, pour une plateforme regroupant beaucoup de républicains d’extrême droite comme elle l’est, l’on peut dire que la tâche ne s’annonce guère aisée surtout si elle compte rester une niche à TRUMPISTE. Il faut avouer qu’avec les grandes entreprises technologiques signalant des Fakes News, Parler est devenu un free-for-all pour les voix conservatrices. En outre, un rapport de l’ADL publié jeudi, mentionne du fait que les membres des Proud Boys, les adeptes de la théorie du complot QAnon, les extrémistes antigouvernementaux et les suprématistes blancs font ouvertement la promotion de leurs points de vue sur Parler. « La négation de l’Holocauste, l’antisémitisme, le racisme et d’autres types de sectarisme sont également faciles à trouver », a déclaré l’ADL. L’on se demande si l’avenir de la liberté d’expression aux Etats Unis et plus encore au monde s’annonce radieuse ou plutôt sombre.

Jeff Bezos démissionne de la direction de

Amazon, mais reste décisionnaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × deux =