Après le départ du site de E-commerce français Cdiscount en 2016, c’est maintenant le tour de Jumia une autre Start-up française, pourtant leader du secteur du commerce électronique au Cameroun.

Décembre 2014 le groupe français Casino installe un de ses services déjà bien connu en Europe (Cdiscount) et cherche à se tailler une belle part de gâteau dans le marché de l’E-commerce Camerounais. Mais cette aventure n’aura pas été très longue car seulement près de 2 ans après Cdiscount prenait la clé des champs.  Les motifs de se départ, explique le groupe Casino à l’annonce de la fermeture de son service de E-commerce étaient non seulement la difficulté de livraison de produits (déplacement sur le territoire), les paiements en ligne difficilement acceptés par les populations (les camerounais n’ont pas encore confiance au commerce en ligne) et  la lenteur administrative au port autonome de Douala (dédouanement lent et complexe) ; tout ceci couplé à une concurrence farouche sur le terrain avec les produits contrefaits vendus à des prix très bas.

Désormais il faut parler le Jumia Cameroun au passé, après Africamarket, Cdiscount et bien d’autres le commerce en ligne se heurt-il à certaines réalités du pays ? Ces entreprises ont-elles contextualisés leurs offres ? Le Cameroun est-il un pays
où les services du numérique s’épanouissent ? Voilà autant de questions auxquelles il faut répondre pour comprendre les raisons de Jumia et ses concurrents qui ont eux aussi fermé leur boutique au Cameroun.

Contexte du socio-économico-culturel du Cameroun

Avec une population de 25 111 718 personnes en 2018 pour un parc d’abonnés internet d’environ 8 841 767 tous les opérateurs concessionnaires confondus (source AGENCE DE RÉGULATION DES TÉLÉCOMMUNICATIONS), le nombre de citoyens camerounais connectés n’a même pas encore atteint la moitié de sa population totale. En partant sur la base de 8 841 767 personnes qui se connectent à internet sans compter ceux qui utilisent la technologie WIFI pour surfer, nous enregistrons de nombreuses plaintes des utilisateurs: le coût « élevé » d’acquisition de la connexion internet, l’absence d’une bonne couverture géographique et la qualité du service  qui est instable, sont les principales critiques qu’essuient les opérateurs des télécommunications Camerounais. Sachant que sans connexion internet nous ne pouvons pas profiter du E-commerce, les Opérateurs de télécoms ont donc leurs parts de responsabilité sur la qualité du E-commerce.

Le Cameroun étant un pays très ouvert aux nouvelles technologies, il n’en demeure pas moins que les camerounais n’ayant pas encore été suffisamment instruit sur « le monde numérique » ont encore beaucoup de résistances à faire confiance sur internet. Les Cyber-crimes perpétués ses dernières années (arnaques, usurpation d’identité…) illustrent bien quelques causes de cette méfiance du peuple camerounais ; mais il faut aussi dire que le peuple camerounais accorde difficilement sa confiance car les mentalités étant encore pour la majorité rétrogrades digitalement parlant. Avec une connaissance assez limitée de l’outil informatique comment voudrait-on qu’une population s’adonne entièrement à un domaine alors qu’elle ne connait même pas encore bien se servir de ses outils ?

Sur une centaine de camerounais interrogé dans la capitale économique au sujet des plateformes de ventes en ligne au Cameroun, seule une petite vingtaine a déjà effectué des achats en ligne ; sur cette vingtaine seulement huit l’ont fait sur une plateforme de E-commerce spécialisée, l’autre douzaine l’a fait soit sur le réseau social Facebook, soit sur WhatsApp qui est même très simplifié en terme de réseau social. Les quatre-vingt autres nous confient tantôt soit qu’ils ne savent pas comment ça fonctionne, soit ils ont peur de se faire voler leurs sous ; tantôt leurs entourages ont eu de mauvais retours sur les produits achetés en ligne (les produits qui ne sont pas en réalités comme sur les images diffusées sur les sites de E-commerce) ou ils ne veulent pas payer en ligne ou même ils n’ont pas de compte bancaire donc comment feraient-ils pour acheter en ligne.

Dans un communiqué, Abdesslam Benzitouni, Chef de groupe des relations publiques et de la communication de JUMIA déclare : « Pour cette raison, nous avons pris la décision difficile de suspendre nos activités de commerce électronique au Cameroun. Il est plus important que jamais de concentrer nos efforts et nos ressources là où ils peuvent apporter la meilleure valeur et nous aider à prospérer. Alors que nos opérations au Cameroun ont fourni de nombreuses opportunités pour les clients et les fournisseurs, cette décision nous aidera à mieux réussir à l’avenir »

Les raisons de Jumia Cameroun

Nous sommes arrivés à la conclusion que notre portail transactionnel tel qu’il est géré aujourd’hui n’est pas adapté au contexte actuel au Cameroun“, a annoncé l’entreprise dans un communiqué repris par le site d’actualités Reuters.

« Ne jamais baisser les bras, ne jamais abandonner qu’importe les difficultés. Nous vous souhaitons une agréable semaine », scandait Jumia Cameroun sur Twitter.

 Et à peine une semaine s’est écoulé que l’entreprise a publié sur Facebook : « A compter du 18 novembre 2019, Jumia opérera uniquement sur son site de petites annonces au Cameroun. Vous pourrez continuer à faire des achats en ligne sur les sites deals.jumia.cm ».

Jumia, dit l’Amazon Africain a finalement mit le cadenas sous la porte au Cameroun à cause de l’inadéquation entre son model transactionnel et l’état économique actuel du pays.

Il faut noter que Jumia en proposant le site de petites annonces Jumia deals comme alternative à son départ, laisse une porte ouverte à son retour potentiel au Cameroun.

Jumia deals est un site de petites annonces qui fonctionne un peu comme le marché virtuel Liludo qui met en relation les fournisseurs ou les annonceurs avec les prospects. Sur cette plateforme les clients peuvent entrer directement en contact avec les vendeurs et prestataires de services et négocier avec eux sans la présence d’un intermédiaire qui va gonfler le prix, et ensemble ils se fixent les modalités de livraison et de paiement.

Ce model transactionnel étant le plus adapté actuellement pour le E-commerce au Cameroun.

Visiter le marché virtuel Liludo en cliquant ici.

Si le E-commerce parvient à survivre sans Jumia au Cameroun, qu’advient t-il du millier d’emploi que cette autre entreprise française génère?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 1 =