Huawei, ZTE et trois autres entreprises Chinoises viennent de subir un coup dur de la part du Sénat Américain, juste au moment où Huawei se relève des premières sanctions.

Le fait est assez rare pour être relevé, le Sénat Américain composé essentiellement de deux partis ; les Démocrates et les Républicains vient de voter à l’unanimité une mesure qui interdirait à la FCC d’examiner ou d’approuver toute demande d’autorisation pour les équipements de télécommunications soumis par Huawei, ZTE et trois petites entreprises chinoises.

Les Américains ne font toujours pas confiance à Huawei.


La Federal Communications Commission (FCC) est un organisme qui examine tous les appareils de communications et donne son feu vert afin que l’entreprise puisse les commercialiser. Le Senat Américain demande aujourd’hui à la FCC de refuser d’examiner les demandes d’autorisation de certaines entreprises qui d’après les sénateurs présentent un risque inacceptable pour la sécurité nationale des États-Unis ou la sécurité et la sûreté des personnes vivant aux États-Unis.

Huawei et ZTE sont au sommet de cette liste rouge FCC d’entreprises considérées comme nuisibles, suivis de trois petites entreprises chinoises: Hytera Communications Corporation, Hangzhou Hikvision Digital Technology Company et Dahua Technology Company. Ça fait donc un total de cinq entreprises, toutes Chinoises.

En septembre, la FCC a présenté un programme de 1,9 milliard de dollars pour les opérateurs de télécommunication américains qui va leur permettre de retirer le matériel Huawei et ZTE de leurs systèmes informatiques.

Évidemment, Huawei et ZTE nient catégoriquement toute tentative d’espionnage et réfutent les allégations selon lesquelles elles partageraient les données de leurs utilisateurs avec le gouvernement Chinois.


Mais trop de choses jouent en la défaveur de ces entreprises Chinoises. Par exemple, la FCC et le Huawei Cyber ​​Security Evaluation Center du Royaume-Uni martèlent depuis des années que les produits de télécommunication de Huawei présentent une structure différente de celle des concurrents, ce qui rend le réseau vulnérable et instable.

D’autre Sénateurs déclarent que les coûts un peu trop bas des équipements Huawei semblent suspects.

Les USA se détachent de plus en plus de la Chine. Au début de cette semaine, la FCC a mis fin à la capacité de China Telecom Americas à fournir des services de télécommunications aux États-Unis. Les mêmes motifs sont évoqués à savoir que l’entreprise est soumise à l’exploitation, à l’influence et au contrôle du gouvernement chinois.


Ce que les Américains craignent c’est que les données de leurs citoyens se retrouvent entre les mains d’un gouvernement étranger, en particulier celui de la Chine.

La grande expansion de l’économie Chinoise et la réputation autoritaire de son gouvernement ne fait pas beaucoup de biens à ses entreprises, surtout dans le secteur de la technologie. On se souvient que récemment encore la Lituanie pondait un rapport indiquant que ses citoyens ne devaient plus acheter de téléphones Xiaomi et Huawei parce qu’ils partagent leurs données avec le gouvernement de la  Chine et compromettent la sécurité de leurs utilisateurs.

Enfin, un grand ménage qu’on pourrait taxer d’antichinois est en cours aux USA. La FCC produira un document qui explique aux américains comment changer leurs équipements Chinois, et vers quels fournisseurs se tourner à l’avenir. Seul le temps nous dira si les accusations d’espionnage étaient fondées ou si c’était juste de la concurrence déloyale.


Lire Aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze + quinze =