Depuis un certain temps, les prestations des services et produits chinois ne sont plus les bienvenues sur la terre américaine. La guerre sanitaire qui s’abat sur la planète a détérioré semblerai-t-il, les relations entre les USA et la Chine. Les relations économiques et numériques entre le deux payent en souffrent déjà. C’est dans ce sillage que Qualcomm pense qu’il existe une opportunité de plusieurs milliards à saisir dans la vente des puces 5G à Huawei, mais l’interdiction de Huawei aux USA limite ses opportunités.

En réalité, Qualcomm ferait pression sur le gouvernement américain pour la possibilité de vendre ses puces 5G  à Huawei, affirmant qu’il manque des milliards de revenus en raison des restrictions à l’exportation.


En fait, il convient de noter que plus tôt cette année, Washington a durci les sanctions contre Huawei, ce qui limitait considérablement sa capacité à se procurer des composants pour ses semi-conducteurs internes. Il a maintenant été rapporté que la production des processeurs les plus avancés de Huawei, qui devaient être utilisés dans ses combinés 5G, a été arrêtée.

Qualcomm serait normalement en mesure d’intervenir pour combler le vide, mais les restrictions associées limitent le nombre de puces que les fournisseurs américains peuvent expédier à Huawei sans licence. Les deux parties avaient une relation commerciale importante avant l’inscription de Huawei sur la liste noire l’année dernière. Car, il faut le dire, les USA ont mis pour de raisons de sécurité nationale, plusieurs entreprises, applications et prestations chinoises sur la liste noire.

Suite à cette décision du gouvernement de Trump, Huawei claque les nouvelles restrictions de puce 5G, ceci en s’appuyant sur les restrictions temporairement assouplies, qui stipuleraient que le marché de cet exploit technologique peut être confié à une valeur allant jusqu’à 8 milliards de dollars à des concurrents non américains.


Le Wall Street Journal indique que Qualcomm fait circuler une présentation autour des décideurs politiques américains qui prétend que les seuls gagnants dans ce scénario sont les fabricants de puces étrangers qui ne sont pas encombrés par une telle législation.


L’hostilité de l’administration Trump envers Huawei est basée sur des préoccupations de sécurité nationale qui découlent de liens présumés avec le gouvernement chinois. Bien que les USA n’aient pas de preuves tangibles justifiant cette hypothèse.

Cependant, Trump considère également le développement de la 5G dirigé par les États-Unis comme essentiel et serait pas prêt à confier inutilement tout avantage financier ou technologique à un rival étranger.

La présentation de Qualcomm indique sois-disant clairement que les restrictions à l’exportation n’empêchent pas Huawei d’accéder à une technologie de pointe, mais confient un marché d’une valeur allant jusqu’à 8 milliards de dollars à des concurrents non américains.


En définitive, il faut souligner que l’octroi d’une licence permettrait non seulement de remédier à cette situation entre les deux, pays et firmes, mais également, il permettra d’aider les efforts de développement de la 5G aux États-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 3 =